rafael sottolichio, artist, urban art, mural, musée romeo's romeo's museum
rafael sottolochio, mural, artist, urban art, romeo's gin, romeo's museum, musée romeo's

DERRIÈRE LE PROJET ROMEO’S GIN, IL Y A UN SÉRIE DE 24 ARTISTES MONTRÉALAIS. ON LEUR A POSÉ PLUSIEURS QUESTIONS POUR COMPRENDRE LEUR VISION ET LEUR EXPÉRIENCE DU MUSÉE ROMEO’S, LE PREMIER MUSÉE D’ART URBAIN AU CANADA!

Q : Qu’est-ce que ça te fait d’être ici avec 23 autres artistes ?

R : Je suis vraiment content d’être choisi. Je suis voisin d’ici et ça m’aurait déçu de ne pas faire partie d’un projet aussi trippant! Je suis content aussi d’être entouré d’artistes que je connais et que j’aime bien. Il y a beaucoup de surprises aussi, beaucoup de choses que je ne connaissais pas!

Q : Comment as-tu trouvé l’expérience de peindre dans une cage d’escalier ?

R : Le «setting» est assez spécial, on est dans un endroit original, à mon avis ça va être assez attrayant comme idée. C’est vraiment plaisant d’inviter les gens à visiter un musée en descendant les marches. C’est vraiment trippant d’imaginer les gens venir regarder la peinture.

Q : Pour toi, c’est quoi ta définition du musée ?

R : Je pense qu’une bonne définition d’un musée, dans ce cas, c’est un instagram de la culture à Montréal en ce moment!
Rafael Sottolichio un peintre montréalais d’origine chilienne. Après des études universitaires à Santiago et à Montréal, il pratique la peinture professionnellement depuis 1996. Il a aussi une pratique de peinture murale et de commissaire.
rafael sottolochio, mural, artist, urban art, romeo's gin, romeo's museum, musée romeo's
rafael sottolochio, mural, artist, urban art, romeo's gin, romeo's museum, musée romeo's

LA MUTATION

L’Empire State Building, c’est image de l’empire financier. Son emprise est présentée dans un processus de mutation. Cette murale explore le remplacement des empires coloniaux par une forme d’impérialisme financier où règnent les échanges et le profit et qui répend une idéologie sans projet de société et sans idées de lendemain meilleur.
–Rafael Sottolichio